• Eva

Argent, je t'aime,un peu trop.

Voilà un des sujets qui me tient beaucoup à coeur, c'est pourquoi c'est le premier que j'ai décidé d'aborder dans cette catégorie concernant notre quotidien. Je vis encore chez mes parents, je ne suis pas encore dans le monde du travail, mais cette année j'ai appris énormément à propos de notre relation avec l'argent et surtout avec les objets, et cela m'a tellement aidé que je tenais à vous le partager. Ce n'est pas tellement de salaires et de survie que je vais aborder, mais plutôt de notre attachement excessif et de ce désir qui nous dépasse d'acquérir. C'est en regardant le reportage Minimalism : a documentary about the important things de Matt d'Avela que toutes mes questions trouvèrent leur réponse. Ce documentaire suit Joshua Fields Millburn et Ryan Nicomedus , auteurs d'un livre à propos de leur nouveau mode de vie : le minimalisme. J'espère que vous trouverez quelques réponses dans ses découvertes que je partage avec vous...Bonne lecture.


L'argent quand on y pense, dans notre vie actuelle, mais aussi je pense depuis des siècles, se présente à la fois comme un moyen et une fin. Notre vie est rythmée et motivée par celui ci, du début jusqu'à la fin, devenant une obsession. Pourquoi je me lève ? Pourquoi je rentre si tard ? Pourquoi je fais un travail où je ne m'épanouis pas ? La réponse à ces questions reste que dans la société que nous avons bâtie, l'argent est plus que nécessaire pour vivre. Peut être aurions nous pu créer une société basée sur le partage et le service comme dans certaines communautés qui vivent en autarcie, je ne sais pas. Mais aujourd'hui le système est tel qu'il est, nous devons vivre avec, et c'est un bon système mais le problème ce que nous remarquons une certaine incohérence entre les salaires, la valorisation et les efforts effectués. Pour ma part je n'ai jamais compris pourquoi les bons agriculteurs qui fournissent de la qualité avec amour de leur terre sont parmi ceux qui souffrent le plus dans leur rémunération alors que sans eux nous ne pourrions vivre. Si l'on regarde un peu, l'argent est souvent au coeur de la concurrence et brise les liens sociaux que l'on voulait tant bâtir. Cette frontière entre les classes sociales, les sentiments de supériorité face au triste sentiment d'infériorité, la jalousie, cette quête incessante de devenir quelqu'un d'autre, ce que l'on possède a de nombreuses conséquences. Même sans le vouloir, si on n'y travaille pas, l'on désirera toujours ce que les autres ont. Regardez un enfant, vous avez beau lui offrir le plus beau des jouets qui soit, si son compagnon on a un nouveau plus gros ou plus avancé il oubliera en quelques secondes le sien.


En soit l'argent est une bonne chose qui permet de ne pas mener notre société au désordre, mais nous nous trompons je pense sur autre chose, sur le bonheur qu'on nous a promis qu'il pourrait nous apporter. Peut être qu'en fin de compte la façon dont nous devons le gagner et le dépenser repose aujourd'hui sur une illusion. Créée par qui ? Majoritairement les médias, les grandes entreprises, les réseaux, etc... Le problème n'est pas de gagner de l'argent, loin de là, mais ce pour quoi on nous a dit que nous devions le gagner. Depuis l'arrivée des médias, un message ne cesse de se transmettre chaque seconde à travers nos écrans, nos conversations : on doit tout acheter. À tel point qu'il n'y a plus besoin de nous le dire, ce message est inconsciemment ancré en nous et nous cherchons à l'accomplir. Mais avons nous réellement besoin d'écrans toujours plus grands ? Et quand on parle de besoin cela signifie que c'est une question de vie ou de mort. Les gens nous accepterons t'il vraiment plus si nous changeons de chaussures tout les jours ? Avoir tout ces objets qui vous connectent constamment aux réseaux vous ont-il apporté plus de bonheur dans vos relations et dans votre satisfaction personnelle ? Alors oui acheter procure du plaisir, et je ne suis pas non plus pour une vie d'ascétisme nous privant de tout plaisir, certainement pas, mais c'est comme les émotions, il faut savoir se contrôler. Et le plus important c'est de comprendre que les plaisirs étant éphémères, le bonheur s'il en dépend le devient aussi.

Aujourd'hui subvenir à ses besoins n'est plus assez, on ressent un besoin constant de remplir un vide qui au fond, n'existe même pas. Ce vide fut créé par toutes ces influences qui nous entourent, comment pouvons nous les remercier d'avoir créer en nous cette insatisfaction d'être qui nous sommes ? Regarder avec plus d'attention toutes les publicités actuelles, quelle promesse se cache derrière l'achat de ces produits, vous donnant une peau ou un corps de rêve, de l'occupation, qui vous feront ressembler aux grandes célébrités : le bonheur, mensonge, comment pouvons nous nous laisser arnaquer ainsi ? Ce vide dans notre coeur pourrait tout simplement se remplir d'émotion, de contemplation, de choses minimes auxquelles nous n'accordons plus aucune

importance puisque cela n'est plus ce que l'on nous enseigne. Acheter de quoi ressembler aux autres, acheter la beauté, acheter toutes les dernières technologies à la mode, cela nous rend-il vraiment heureux? Sur le coup oui, cela se comprend totalement, c'est humain de ressentir l'envie de se faire plaisir, mais cela ne doit pas être associé au véritable bonheur. Et cela nous procure t-il du plaisir de par nous même, ou bien parce que l'on nous a dit que cela allait nous en donner ? Avant l'apparition de toutes ces nouvelles technologies les gens vivaient très bien, notre niveau de vie a évolué admirablement, mais beaucoup des nouvelles inventions faites chaque jour ne dépendent plus de notre survie, c'est d'avantage du superflu qui en plus d'encombrer nos maisons que de ce fait on doit agrandir, encombrent notre esprit et génère du stress.


La grande question qui se pose pour ces deux protagonistes du reportage est : est-ce que cela me sera réellement utile ? Nous avons atteint cette incapacité de nous détacher à des objets, comment les objets ont-ils pu remplacer les hommes ? Perdre un objet et devenu aussi grave que perdre quelqu'un. Bon, sur cela j'exagère peut-être un peu mais c'est vraiment pour illustrer nos nouvelles addictions. Chaque jour notre stress n'est pas de perdre un proche, mais de casser notre téléphone, de perdre un bijoux précieux que l'on porte, de se faire voler, on sécurise plus nos possessions que la vie humaine. Et si l'on perd quelque chose, en plus d'être frustré on ressent de la colère puisque le racheter reviendrait cher, mais pourquoi l'acheter à nouveau ? C'est un véritable cercle vicieux. C'est pourquoi le plus important est de savoir s'en détacher. Avant de perdre un objet ou de ne pas pouvoir l'acquérir me procurait de l'insatisfaction, de la culpabilité, de la frustration, et depuis que j'apprend petit à petit à me détacher de tout ça, je pourrai perdre mon portable, mon habit préféré, abimer mon ordinateur que j'en garderai le sourire et que je prendrai ça comme une nouvelle leçon pour avancer. Et je me sens tellement plus heureuse depuis que cela m'a amené à la rédaction de cet article.


La valeur de notre vie ne dépend pas de nos possessions mais de la valeur qu'on lui donne lorsqu'on sait en percevoir la richesse. Quel est le plus riche entre un sourire et un écran, entre l'amour et la soumission inconsciente ? Entre un corps nu, tel qu'au moment de sa naissance, et

une parure de diamants ? On pense qu'acheter des objets et ce qui nous donne une signification, et le pire, ce qui donne une signification à notre vie. Mais notre signification, notre importance, notre droit de vivre et d'être accepté, d'être aimé ne s'achète pas. Et croyez moi si les gens qui vous entourent ne vous acceptent pas si vous minimiser vos achats ou si vous ne parvenez tout simplement pas à acheter comme eux, il serait temps de vous en séparer. Nous devons apprendre à redécouvrir le plaisir des choses simples, et je ne sais même pas comment cela se fait que cela ne nous est plus enseigné au cours de notre vie. L'or se trouve partout autour de nous, et pas que dans nos poches. J'ai remarqué au cours des différentes rencontres que j'ai faites jusque là que les gens qui possèdent peu se comblent avec la beauté du partage, des paysages, de ces moments de vie parmi les autres, et la frustration, le mal-être commence à se ressentir lorsque ces personnes commencent à se comparer aux autres. Se comparer aux autres est la plus grande des erreurs que nous effectuons au quotidien.


Face à tout ces mensonges j'ai, pendant très longtemps développer une véritable haine envers l'argent, je voulais me mettre à prouver que l'on peut vivre avec rien juste pour aller contre cette société qui me répugnait. Hors, heureusement j'ai grandi et j'ai appris une chose. On doit être fier de gagner de l'argent lorsque celui-ci se fait volontairement, en accord avec nos valeurs, nos idées, lorsque celui-ci ce gagne grâce à ce que nous sommes capables de créer, de faire pour les autres avec amour et plaisir. Le plaisir doit se trouver en travaillant et nos comme une finalité possible si l'on se sacrifie et se soumet aux autres. Combien de personnes aujourd'hui cherchent à faire un travail qui n'est pas en accord avec ce qui leur plaît mais pour gagner le plus d'argent possible et voir ainsi le plaisir comme une finalité remise à plus tard ? Les êtres humains passent maintenant la plupart de leur temps à se soucier du matériel et de choses futiles, ce qui leur donne l'impression qu'ils n'ont plus le temps, en faisant cela l'on passe à côté des plus belles expériences que peut nous offrir la vie. La Terre a mis à notre disposition tout ce dont nous avons besoin pour vivre et garder du temps et de l'espace pour le bonheur, mais nous avons toujours besoin de plus, ignorant les véritables richesses. Et la destruction de notre environnement est en grande partie conséquence de cette convoitise inutile.

"Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. L'insatisfaction apporte le malheur, même dans la richesse. Il n'y a pas pire fléau que l'esprit de convoitise."

L'Âme du monde, Fréderic Lenoir


Voilà, je ne vais pas vous faire un roman non plus sur ce que j'ai appris, mais ces quelques mots je pense ont su synthétiser ma vision de l'argent qui s'est développée au cours de toutes ces belles lectures. Ce sujet sûrement abordé encore à différentes reprises et peut être évoluera-t-il. Je ne suis pas là pour faire des leçons, mais tout ce que j'ai appris a vraiment changé ma vie et je refuse de ne garder ça uniquement pour moi, si cela peut vous éclairer sur votre vie autant que cela a éclairé la mienne c'est tout ce qui compte. Depuis que je me suis rendue compte de toute cette vie menée dans le superflu j'ai essayé de changer petit à petit mon mode de vie, je refuse d'acheter des choses tant qu'elles ne me sont pas réellement utiles ou qu'elles ne me feront pas évoluer. Bien sûr il faut laisser une petite place pour les plaisirs, ça fait toujours du bien d'acheter un ou deux habits

de temps en temps, une petite déco pour se sentir mieux dans sa chambre, mais cela n'est pour moi maintenant plus qu'une occasion et cela me rend beaucoup plus heureuse quand j'en fais l'acquisition puisque ça n'est plus une habitude dont je me lasse. Depuis que je me suis débarrassée de tout ces objets auxquels je vouait un amour illusoire, et que je réfléchis avant d'acheter, je ressens un poids en moins dans ma vie. J'ai retrouvé de l'espace, du temps, pour respirer, profiter des véritables expériences de la vie et de mes proches. J'ai été impressionné comment minimaliser nos possessions peut réduire le stress et apporter un peu plus de bonheur au quotidien.

Je finirai sur une citation d'une des intervenantes dans le reportage évoqué au début:

"We are too materialistic in the everyday sense of the world, but we are not too materialistic enough in the true sense of the world."


Et je vous invite à terminer cette lecture en écoutant cette merveilleuse chanson d'Eddie Vedder dont les paroles expriment parfaitement ce thème: https://youtu.be/cl4cLEToPfc


Prenez soin de vous.

Eva







62 vues
  • Noir Pinterest Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon