• Eva

Se libérer.

Si il y a quelque chose qui me frustre dans notre société actuelle, c'est cette incapacité de se libérer. Je ne parle pas de tout plaquer, travail, famille et faire un maximum de choses inimaginables. Non, je parle de la libération de soi. Quand on parle de liberté il est devenu automatique de la lier à la politique, au travail, aux relations, à l'argent,etc... De ce fait, la plupart d'entre nous nous sentons condamnés, sans possibilité de choisir, sous toutes ces conventions, sous ces attentes, sous cette nécessité de survivre. Mais il y a quelque chose qu'on oublie, c'est notre propre liberté, en tant qu'être humain. Et vous aurez beau tout quitter, si cette liberté reste inconsciemment emprisonnée au plus profond de vous, vous ne trouverez jamais le bonheur, vous ne trouverez jamais votre réponse.



S'exprimer.

Utilisons nous notre voix pour des choses réellement utiles ? Notre voix, ou notre capacité de s'exprimer par des gestes, d'écrire, c'est sûrement l'un des dons les plus précieux qu'il nous fût accordé.

Auparavant j'avais coutume de rester en silence. Tout le temps. J'avais si peur. Que ce soit mes amis, ou mes propres parents, ils n'entendaient jamais ma voix. Je renfermais tout au plus profond de moi même. Mais au cours de cette année, je me suis demandée, pourquoi ? J'ai tellement de choses au fond de moi que j'ai envie de partager, ou des émotions qui ont besoin de s'exprimer parce qu'elles que me détruisaient intérieurement. Alors j'ai arrêté de simplement sourire tout le temps, de rire, et j'ai tout dis. Qui j'étais, ce que j'aimais, ce que je voulais, mes rêves, mes peurs, mes dégouts, mes sentiments. Qui j'étais intérieurement est devenue la personne que je suis maintenant au regard des autres.

Comment c'est possible de ne pas oser adresser la parole à qui que ce soit pendant près de 15 ans de sa vie ? Comment c'est possible de penser que l'on ne pourra jamais faire rire les autres ? Comment c'est possible de penser que tout ce qui sortira de nous sera sans intérêt, et jugé ?

Mais bon sang qu'est ce que ça fait du bien de parler.

Et maintenant que j'y réfléchis, je me rends compte que cette libération de la parole a commencée quand je me suis mise à écrire. Tenir un journal est considéré comme l'activité pathétique des jeunes adolescente. Si vous saviez tout ce que cela vous révélera. Au début j'écrivais que de temps en temps, peut être une à deux fois par mois. Maintenant c'est tout les jours. Parce que l'on oublie une chose importante, notre parole n'est pas réservée aux autres, il est important de se parler à soi-même. À part pour des préoccupations futiles, cela nous fait prendre conscience de nos émotions, de nos envies, de nos peurs, et pour ça écrire est juste, magique. Tout a son intérêt. Même écrire un de vos rêves peut vous révéler des choses très profondes sur vous.

Pourquoi avons nous si peur d'être confronté à nous même ? Et pourquoi avons nous si peur de chaque mot que nous dirons aux autres ? Maintenant je tiens à parler de tout avec tout le monde, mais vraiment de tout. Si j'ai des problèmes, si je ne vais pas bien, si j'ai des rêves nouveaux, je le dis. Alors sûrement qu'à certains moments les personnes à qui j'en parle ne s'y intéressent pas du tout, mais souvent je trouve des réponses ou comprend des choses sur moi-même. Mais la plupart du temps, c'est la réponse des autres qui m'apporte des choses inattendues. Nous sommes une communauté, chacun a tant à apporter à l'autre.



Libérer son esprit.

Cette partie rejoint en quelque sorte la première sur la parole. Nous disposons constamment des idées, des pensées, des rêves, qui ne voient jamais le jour. Nous avons si peur de la différence que nous n'osons les exprimer, et ainsi, ils ne se réalisent jamais. Si vous n'assumez pas qui vous êtes, au fond de vous, vous ne serez jamais cette personne. Vous resterez muet, on ne vous entendra jamais. Est-il possible d'être heureux, en simulant toute sa vie d'être quelqu'un d'autre ? Quelqu'un qui "rentre dans le moule", qui n'est pas trop extravagant, qui pourra être au service de la société parce que ses propres rêves ne resteront que des rêves. Qui voulez vous être ? Qu'avez vous envie de dire ? De faire ? De changer ? Si vous étiez libéré de toutes ces pensées qui vous limitent, que feriez vous ? Que se passerait-il si vous enleviez ce masque ? Votre bonheur dépendra t-il du regard des autres, ou de vous même, une personne entièrement libre et en accord avec elle même ? Qui voulez-vous être ? Il n'y a rien de honteux. Il n'y a rien de trop extravagant. Il n'y a rien de trop rêveur. Il n'y a rien de stupide. Il n'y a rien à cacher. Il n'y a rien qui peut faire de vous une personne qui sera rejetée, renier par l'entièreté de monde. La seule chose qui peut vous piétiner, c'est de rester dans ces conventions, ce cadre étroit qui vous immobilise, qui vous étouffe, qui vous tue.

Pour cela, pour ne vivre que de pensées qui visent à vous faire évoluer, il faut vous libérer de toutes pensées négatives. Sur vous mêmes, sur vos idées, sur les autres, etc... Il est impossible d'accomplir quoi que ce soit si l'on considère ça comme quelque chose qui sera jugé et que de ce fait vous jugez vous même. En pensant que prendre quelques années libres pour voyager, un rêve idéal pour vous, n'est justement qu'un idéal puisque cela sera considéré comme fou par les autres, par ceux qui restent au travail, par ceux qui ont tirer un trait sur leur rêve, puisque cela implique trop de risques et de conséquences, vous faites de cette réalité concrète et possible une pensée insubstantielle, qui s'envole déjà sous vos propres yeux. Vous en viendrez vous même à juger les autres qui ont accompli ce rêve à

votre place de fou, alors qu'au fond de vous même vous auriez aimé avoir la même folie. N'exprimez jamais une idée sur le ton de la négativité, et encore moins du jugement. Assumez pleinement. Et quand les autres expriment leurs rêves, même s'il semblent fous, ne les jugez pas. Parce que même s'il ne parviendront pas à les réaliser, se donner le droit de rêver est si important. Je m'intéresse de plus en plus à ce que l'on appelle " la loi de l'attraction" qui donnera sûrement lieu à un article plus précis. Cela consiste à écrire, ou rêver en état d'éveil, ce que vous voulez qu'il vous arrive, qui vous voulez être. Non en disant "j'aimerai" mais en imaginant que cela est fait, au présent. Ainsi en étant convaincu que vivre ainsi est possible, vous accroissez inconsciemment cette possibilité de réalisation. Et bien c'est comme ça qu'il faut penser au quotidien. Il y a également d'autres pensées négatives qui nous empêche de vivre pleinement et de se satisfaire. Moi même je suis encore largement concernée par cela. Par exemple le jugement que l'on peut avoir sur le monde qui nous entoure quand on le voit s'effondrer sous nos yeux. Mais nous ne pourrons jamais lui donner la possibilité de remonter si nous nous effondrons avec lui. C'est très dur, mais tellement. Mais à côté il y a encore tant de belles choses et d'espoir. Vous n'êtes pas obligés de vivre dans ce monde qui ne vous plaît pas. Si vous exprimez pleinement qui vous êtes, vous vous créez votre petit univers, votre bulle, qui vous protégera de tout cela. Et surtout, éprouvez de la gratitude. Il y a tellement de choses à blâmer, mais il y en a encore plus à honorer. Il ne fait pas beau aujourd'hui, soyez reconnaissant pour la pluie qui nourrit le sol et qui vous procurera votre propre nourriture. On vous laisse en plan à la dernière minute, soyez reconnaissant d'avoir alors un peu plus de temps libre et profitez en pour prendre du temps pour vous et faire tout ce que vous n'avez pu faire. Un nouveau désastre écologique, essayez de voir derrière l'éveil des consciences qui sera engendré et qui pourra donner place au changement. Bon d'accord, ce dernier est un peu plus dur. Mais il faut vraiment essayer de trouver de la positivité quand on se sent accablé, quand tout nous semble sans espoir. Puisque dans cet état nocif pour nous même il nous est impossible d'agir et de changer quoi que ce soit.

Je vais essayer d'écrire seulement quelques lignes sur ma propre expérience pour vous faire prendre compte à quel point se libérer de tout cela peut vous être bénéfique. La personne que j'étais avant ne parlait pas, suivait les tendances pour être acceptée et populaire si possible, rêvait de réussir et non de vivre, n'apprenait jamais trop occupée à être sur son portable, se jugeait constamment, etc... Puis je me suis rendue compte que je n'aimais pas ce monde ci, qu'il ne me rendait pas heureuse, que je m'échappais à moi même. J'ai commencé à rêver de voyage, de nature, de culture. J'ai commencé à lire, spiritualité ou simples histoires. À aimer les longues jupes et robes fluides ou les habits très colorés au lieu de mon jean, ma veste en jean et mon tee shirt de marque connue. À aimer me balader pieds nus dans l'herbe et parler art, astrologie, mysticisme. À croire que je n'étais pas connectée au monde grâce à tout mes profils sur les réseaux mais grâce que simple fait d'être un être humain. Et j'aime de plus en plus tout ce qui concerne cette univers, mes croyances sont de plus en plus fortes, j'aime entendre des histoires de sorcellerie, je crois au pouvoir des plantes, je crois à tout ces liens entre nous et avec un univers cosmique. Et j'aime exprimer fièrement cela, j'aime en faire rire mes amis, au point de sortir mes beaucoup d'astronomie pour leur dire quel constellation se trouvait au dessus de nous lors d'une soirée. Et je me suis jamais sentie heureuse qu'en étant pleinement cette personne. Et on a tous ce besoin un peu de se démarquer, d'avoir une certaine signification pour les autres, alors quand on m'appelle "Eva la vegan" ou la "hippie" ou comme cette fille étrange qui a la tête dans les étoiles cela me comble car je ne suis plus cette personne invisible et muette qui n'est pas heureuse parmi les autres. Et grâce à ça j'ai fait tellement de belles rencontres qui m'enrichissent et qui m'apportent des choses concrètes plutôt qu'une statut social, qui me font avancer et non stagner. Sauter le pas de cette libération de soi est le plus dur, mais vous n'imaginez pas à quel point tout cela va vous apporter.



Libérer son corps.

Voilà le sujet qui fait le plus polémique. Mais voila aussi le plus gros problème à résoudre dans notre société. Et encore une fois, même si cela me dérange de le dire, c'est un problème surtout pour nous les femmes.

Alors pour commencer je vais m'adresser davantage aux femmes, pour continuer sur un problème qui au final nous concerne tous. Et alors ici il y a tant à dire. Tant de sujets tabous, notre propre nature qui nous choque, que l'on juge, que l'on cache. A quel moment être un être humain est-il devenu honteux ? Alors je sais que beaucoup de conventions sont liées aux religions et traditions, et je ne tiens pas à me lancer sur ce terrain. C'est pourquoi chaque parole que je peux tenir ici s'adressera plutôt aux personnes qui ne sont pas concernées par ces structures ou qui sont ouvertes à tout changements. Problème n°1 : la pilosité. Pourquoi notre corps nous inflige t-il ça ? Pourquoi notre corps se donne t-il la peine de faire pousser cette chose hideuse que de toute manière nous allons éradiquer pour être plus belle ? Mais sachez que la moindre petite chose que peut produire votre corps, il le fait parce qu'il en a besoin, parce que c'est dans sa nature, et qu'il n'a aucune idées des stupides conventions que l'on s'est imposé au cours des siècles. Alors je suis d'accord, moi même quand je sors en public en plein été, j'aurai encore du mal à me raser de nulle part. Le pire c'est que tout cela est à cause du regard des autres, et que même sans le vouloir, il est tellement puissant aujourd'hui qu'on ne peut pas ne pas en avoir peur. Mais avant que les femmes arrêtent de s'épiler contre leur nature, c'est ce regard qui doit changer. Vous sortez entre amies sur la plage et l'une d'entre elle n'est pas épilée, pourquoi la regarder si bizarrement ? Pourquoi lui demander la raison ? Pourquoi lui faire sortir que cela vous choque ? Ces quelques poils ont-ils changé sa personnalité ? N'est-elle alors plus votre amie, juste pour ça ? Non. Alors pourquoi cela serait différent avec des personnes qui vous sont inconnues ? Chacun devrait être fière face à une personne qui vit comme elle en a envie. Il n'y a pas de règles. Personne a tort ou raison. Alors de la même manière, les personnes qui se rasent non parce qu'elles si sentent obligées, mais parce que cela les dérange véritablement au plus profond d'elles-mêmes, alors oui, bien sûr qu'elles le peuvent, chacun choisit la façon dont il a envie de vivre. N'hésitez pas aussi à en parler à votre partenaire sans aucune gêne si vous vous sentez contrainte à quoi que ce soit. Mais posez vous la question à chaque fois de pour qui vous faites cela. J'aimerai aussi aborder brièvement tant qu'on y est le plus gros problème n°2 d'une vie de femme: les menstruations. Et encore, nous avons dans la chance là où nous vivons que cela soit accepté et non vu comme une malédiction. Mais malgré cela, une fille qui a ses règles se sent tout de même obligée de se cacher, en parler aux autres nous semble insensé. Combien de fois j'ai passé des journées effrayé à l'idée qu'une tâche apparaisse ou que ce soit et que tout le monde se mette se moquer de moi. Mais je commence à m'intéresser de plus en plus à ce sujet, et si vous saviez à quel point les règles sont une des beautés de la nature féminine. Quand je serais vraiment bien renseignée sur le sujet je rédigerai un article dessus en parlant un peu aussi de contraception. Mais je vous invite à faire des recherches pour vous comprendre davantage car ce cycle est énormément lié aux cycles naturels et peut expliquer nos états à certains moments et nous aider à mieux s'occuper de nous même. Je vous expliquerai donc tout cela plus tard, mais il faut cesser de voir cette chose qui sort de notre corps comme quelque chose de dégoutant, c'est sa nature, c'est tout, et sans ça, notre féminité perdrait une de ses plus belles qualité.

Mais maintenant voilà un sujet qui nous concerne tous, en tant qu'êtres humains, et le plus gros problème actuel. Notre apparence. Qu'elle se définisse par des couches innombrables de vêtements, ou de par sa pure et simple, et sublime, nudité. Je vais commencer par ce qui est le plus commun, les


vêtements. N'avez vous pas l'impression maintenant quand vous vous balader dans la rue que nous nous ressemblons tous ? Je ne sais pas vous, mais moi cela m'effraie. Alors oui, cela s'explique surtout de par les tendances du moment, de par ces grandes enseignes qui se recopient tous pour ne vendre que les mêmes produits. Mais n'est-ce pas aussi parce que nous avons peur de nous démarquer, de nous exprimer à l'aide de notre apparence ? Je suis sûre que oui, puisque ce fut le cas pour moi aussi. Puis j'enviais tellement d'autres habits que je voyais dans les rayons, mais je savais qu'ils seraient trop "voyants". Et puis tant pis. Si j'en ai envie, c'est que c'est comme ça que je veux être, pas comme les autres veulent que je sois. Et alors au lycée, les jours où je me sentais le mieux, c'est quand des personnes se mettaient à regarder étrangement ma tenue ou à me faire des remarques qui étaient devenus pour moi les plus beaux des compliments, puisque que cela confirmait que j'étais sortie des normes pour m'exprimer librement. Mais en intégrant mon école cette année, admirant les photographies de nus, ou dessinant sur modèle vivant, je me suis rendue compte à quel point le corps humain était de la plus belle beauté qui soit. Alors non je ne suis pas devenue nudiste. Mais j'ai tout simplement cesser de voir un corps nu comme quelque chose qui m'est étranger. J'admire les femmes qui osent se montrer en toute simplicité, non par vulgarité mais pour honorer leur nature. Plus jamais voir une poitrine ou quoi que ce soit sera quelque chose qui me choque. Puisque de toute évidence, il me suffit d'ôter mes vêtements pour me rendre compte que, oui, c'est comme ça que je suis faite aussi.

Notre corps est notre abri, le plus beau qui soit, alors au lieu de le renier, de l'accabler de jugements, de le considérer comme une honte, comme un pêché, admirons le. Vous serez de toute évidence obligés de vivre en celui ci jusqu'à la fin de vos jours, avez vous réellement envie de vous considérer comme une créature pécheresse tout ce temps ? Et si vous avez du mal à l'affronter, essayez de passer parfois des journées chez vous juste en sous-vêtements ou entièrement nu, cela vous paraîtra alors entièrement naturel, puisque de toute évidence, c'est ce qu'il est. Et par la même occasion, cessez de fixer vos yeux sur cette petite pointe qui se dessine sur le haut d'une fille qui a décidé de ne pas porter de soutien gorge, puisque vous n'imaginez pas à quel point cela lui fait du bien.

Une des choses que que je n'ai pas encore essayé mais dont j'entends beaucoup parlé pour ses vertus c'est : danser. C'est vrai après tout, c'est un moment de totale liberté que l'on peut offrir à son corps. C'est un moment qui nous aide à l'aimer davantage. Et c'est si ennuyant de rester droite comme un piquet 24h/24, mais alors bougeons ! Nous n'avons pas des formes pour rien, mettons les en valeur. Il paraîtrait que se mettre à danser chez soi à n'importe quel moment, surtout le matin, aurait un impact incroyable sur notre humeur et notre perception de notre corps et de nos sens. Les tribus et notamment les shamans prônent la danse comme une porte d'accès vers un état supérieur de soi, nous connectons à notre corps libre et au monde autour de nous, ainsi qu'au monde transcendant. Et je peux dire que les quelques fois où je me laisse me balancer légèrement, fermant les yeux, tournant, je peux sentir mon corps vivant, ma respiration, mes pieds profondément ancrés dans la Terre qui me supporte, je sens comment chaque partie fonctionne et se sent.



Se libérer des autres.

Ça y est, on en vient à bout de ce long article. J'avais encore beaucoup de choses à dire pour cette partie mais cela répète un peu ce que je disais au dessus. Brièvement, cela est se libérer du regard des autres, des conventions qui nous limitent dans nos idées et nos rêves, suivre le modèle des autres qui n'est pas le votre par peur, vouloir être pareil au lieu d'être soi, etc... Mais pour cela il y a quelques petites choses que vous pouvez faire. Et la première et la plus importante c'est de penser à soi et de prendre du temps rien que pour soi. Parfois je me sens égoïste quand j'ai vraiment envie d'être toute seule ou que je me détache de certaines personnes pensant qu'elles ne me feront pas évoluer. Mais je me suis rendue compte à quel point cela n'était pas grave. Nous sommes sur cette Terre pour accomplir notre propre légende et non celle des autres. Alors si vous stagnez depuis des années parce que les personnes qui vous entourent vous limitent, pourquoi rester avec elles. Je ne vous dis pas de les renier du jour au lendemain, mais accordez vous le temps de faire de nouvelles rencontres, accordez vous le temps d'être un peu seul pour travailler sur vos propres projets plutôt que de sortir pour ne pas rater le moindre potin. Arrivant seule sur Bruxelles j'ai passé ces derniers mois à me concentrer sur ce que je voulais faire et qui je voulais être. Résultat je n'ai jamais autant lu de livres, autant appris de choses, autant eu de nouvelles idées de projets et de peintures, autant écris, etc... Et maintenant je me sens prête à rencontrer des personnes qui partagent mon univers parce que j'en ai retrouvé l'inspiration. Je me suis renforcée alors je n'ai plus besoin de m'enfermer. Nous passons notre temps dans notre société actuelle connectés aux autres, sur les réseaux, en allumant la télévision, en ouvrant sa porte, le seul moment ou nous sommes seul est peut être quand nous sommes sous la douche ou dormons, et encore, pas toujours. Mais de ce fait nos pensées sont constamment influencées par cet entourage, nous sommes même incapables de les entendre, et par la même occasion d'entendre notre propre respiration, d'entendre le silence qui demeurera toujours derrière tout ce bruit extérieur. Et en passant ces quelques mois un peu détachée de tout, j'ai pris conscience de tellement de choses sur moi même. Le soir je reste en silence ou avec un peu de musique, sans portable, à dessiner ou lire ou travailler. Et je ne pensais pas que cela m'apporterait autant. Au point de ne plus supporter de regarder mon portable plus de 2-3 fois par jour. Au point de trouver insupportable le bruit de la télévision quand je rentre chez moi en France alors que le volume est au même niveau que celui avec lequel j'ai vécu toute ma vie. Tout cela parce que maintenant j'ai besoin de pouvoir m'entendre, j'ai besoin de me sentir vivante en sentant ma respiration, en écoutant mes pensées. Et en agissant ainsi vous apprenez à vous concentrer sur vous, à écouter votre corps, à vous rendre compte que parfois vous êtes fatigués, que parfois vous avez besoin de passer du temps seul pour vous. Au lieu de répéter chaque semaine, chaque jour les mêmes choses, les nouvelles idées ou projets que vous aurez vous permettront de voir chaque jour le monde sous un tout nouveau jour, plein de nouvelles possibilités. Le temps passera moins vite, il ne sera plus perdu, vous vous rendrez compte qu'en une seule journée on peut accomplir tellement de choses et avoir cette satisfaction le soir d'avoir avancer plutôt que de s'endormir dans l'ennui de la routine. Quelque chose d'autre qui nous empêche d'avancer c'est de suivre tout ces comptes sur les réseaux sociaux qui créent en nous du jugement, de la frustration, des limites, de la négativité. Pensez à tout ces comptes fitness, aux amis qui ne font que critiquer et apportent de ce fait de la négativité en vous et la peur du jugement, ou encore tout simplement les actualités qui vous diffusent des images pessimistes constamment. Il faut savoir se libérer de tout ça pour s'entourer d'un univers positif qui nous permettra d'avancer. Cela peut être dur. Je commence seulement à le faire et culpabilise à chaque fois que je "unfollow" quelqu'un sur les réseaux parce que elle ne m'apporte rien. Puis je me dis, est-ce que cette personne regarde t-elle vraiment chaque matin ses abonnés et va venir me blâmer quand j'aurais disparue ? Non je ne crois pas.

Construire autour de soi un environnement positif, en accord avec ses rêves, ses idées, ses valeurs, et très important pour toujours évoluer, et de ce fait pour être chaque jour un peu plus fier et bienveillant envers soi.



Bon, je pense que là il est réellement temps que je m'arrête si je ne veux pas vous ennuyer. Encore une fois beaucoup de personnes ne seront peut être pas d'accord avec moi, mais je tiens réellement à partager ma propre expérience, ce qui m'a fait évolué quand je vois à quel point le bonheur que cela procure. Et j'attends avec impatience d'entendre vos propres histoires, vos questions, de vous entendre tout simplement. Prenez soin de vous, Eva.




96 vues1 commentaire
  • Noir Pinterest Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon